Accueil Tosse / Actualités / Toute l'actu de Tosse / « L’eau de notre commune est potable et consommable »

Actualités

"L'eau de notre commune est potable et consommable"

« L’eau de notre commune est potable et consommable »
La commune de TOSSE est alimentée en eau potable par le SIBVA (Syndicat de la basse vallée de l’Adour), situé à SAINT VINCENT DE TYROSSE.
Aujourd’hui, 80 % de l’eau que nous consommons provient du forage d’Angresse et 20 % des forages d’Orist.

En mars 2013, l’Agence de l’eau Adour Garonne a diagnostiqué la présence de métabolites de pesticides dans l’eau de certaines nappes phréatiques destinée à la consommation humaine.
Ces résidus proviennent de la dégradation de molécule mère du S-métolacholre et de l’alachlore. (Produits phytosanitaires utilisés pour le désherbage des cultures de maïs)
Suite à ce constat, l’ARS (Agence Régionale de Santé) a recherché ces métabolites sur l’ensemble des sites de captages d’eau, sur le territoire de l’Aquitaine, et mis en évidence le secteur d’Orist.

« L’eau de notre commune est potable et consommable »


Sur le plan Réglementaire :

 

Les valeurs en teneur en pesticides et leurs métabolites dépassent le seuil de l’arrêté ministériel du 11 janvier 2007 issu de la Directive européenne 98/83/CE :

 

Les limites de qualité pour les pesticides, pour les eaux distribuées (après traitement) sont respectivement de :

 

- 0,1 μg/L par substance individuelle (dont métabolites pertinents) et 0,5 μg/L (dont métabolites pertinents) pour la somme des pesticides.

(La directive 98/83/CE ne précise pas les critères de définition de la pertinence des métabolites)

 

A noter que la prise en considération par les autorités compétentes,  de ces métabolites dans les eaux vouées à la consommation humaine, varie d’un Etat membre à l’autre, au sein de L’Union Européenne.

 

Sur le plan sanitaire :

 

Lorsque la limite de qualité est dépassée, la règlementation prévoit un dispositif de gestion des non conformités.

La Direction Générale de la Santé demande l’avis de l’ANSES (Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire) qui introduit la notion de Valeur Sanitaire Max (Vmax) (avis du  2 janvier 2014 et 17 février 2016).

 

Valeur sanitaire Maximale (Vmax) :

Pour chaque substance, il existe un calcul de Vmax :seuil en dessous duquel une consommation durant une vie entière n’entraine aucun effet néfaste pour la santé.

 

 Au niveau du captage d’Orist et seulement sur ces forages sont retrouvés les métabolites suivants :                                                                                                            

-       Métolachlore ESA, Oxa : 1,3 µg/l (Vmax admissible : 510 µg/l)Soit une valeur  392 fois inférieure à la norme max.

-       Alachlore Esa, Oxa : 0.12 µg/l (Vmax admissible : 50 µg/l)Soit une valeur  416 fois inférieure à la norme max.

 

Conclusion de l’ARS : « A ce jour les valeurs mesurées  restent bien inférieures à ces valeurs, l’eau peut donc être distribuée et consommée sans risque pour la santé et sans restriction de consommation dans le département »

                                                                                                                                         

Des actions sont menées par notre régie T.EAU ainsi que par le SIBVA pour reconquérir la qualité de l’eau.

        

- T.EAU s’est inscrit dans le plan d’action mené par le SIBVA et bénéfice d’une dérogation préfectorale afin de pouvoir poursuivre sa distribution de l’eau. Eau potable qui reste stockée et désinfectée au sein du château d’eau de la commune.

 

- De son côté, le SIBVA, distributeur de notre eau, a engagé des travaux pour traiter l’eau avec comme objectif 0 métabolite dans l’eau. Des travaux pour la réalisation d’une nouvelle station de traitement à Orist vont débuter dès cette année montant des travaux 5 millions d’euros. D’autre part des actions sont menées pour la préservation de la ressource avec la mise en conformité des assainissements non collectifs et des rejets des stations d’épuration situés à proximité des forages. Plus de 4 millions d’euros sont engagés.

 

- Les agriculteurs sont mobilisés, la Chambre d’agriculture et les coopératives agricoles poursuivent des actions de réduction d’utilisation de produits phytosanitaires sur le bassin versant où se situent les forages. Depuis 2012, les différentes actions ont permis de réduire l’utilisation du S-métolachlore de 40%.

 

Dorénavant les analyses de l’ARS effectuées sur la commune de TOSSE feront apparaitre la valeur des métabolites.

De plus, nous venons de recevoir un arrêté préfectoral (voir ci-dessous), confirmant et autorisant la distribution de l’eau, et ce, pour une durée de 3 ans.

 

En parallèle de ces explications, il me parait important d’insister sur le fait que l’eau distribuée sur la commune de TOSSE provient principalement du forage « Houssad », situé à ANGRESSE, où les valeurs en métabolites sont en dessous des différents seuils réglementaires.

 

Pour de plus amples explications Je vous invite à vous rapprocher de l’ARS aquitaine.

https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/

 

Le Maire de TOSSE et Président de T.EAU, Jean-Claude DAULOUEDE              Le Directeur de T.EAU, Richard TURCOT

Plan du site

Découvrir Tosse

Actualités

Vie municipale

Vie pratique

Vie associative

Vie culturelle & loisirs

Enfance et Jeunesse

haut de page